L'hymne national obligatoire dans les cinémas indiens

Inde : patriotisme à marche forcée

Publié le 4 décembre 2016 par dans Actualité

Nationalisme exacerbé, patriotisme à marche forcée… La Cour suprême indienne a tranché, dès la fin de la semaine prochaine les salles de cinéma dans l’ensemble du pays auront pour obligation de diffuser l’hymne national avant la projection du film. Quant au public, il devra l’écouter debout et en silence. Cette mesure, qui est déjà en vigueur dans plusieurs états indiens, notamment au Maharashtra, dont la capitale Bombay abrite le fameux Bollywood, est loin de faire l’unanimité. La plupart des intellectuels la jugent ridicule, infantilisante, voire « insultante », comme le souligne le site d’information First Post. « L’amour est libre, y compris l’amour pour son pays. Dans son essence même, l’amour est libre. Obliger les citoyens indiens à rendre hommage à leur nation est la plus grande insulte faite à l’honneur de l’Inde « , écrit le First Post.

 

Sur son blog India Real time, dédié à l’Inde, le Wall Street Journal (WSJ) juge que cette décision va  à l’encontre de la pensée de Rabindranath Tagore, le grand poète et philosophe bengali, dont l’un des poèmes fut choisi en 1950 par les responsables de la toute jeune Inde pour devenir l’hymne national. Le WSJ rapporte ainsi qu’en 1917, Tagore avait écrit dans un essai sur le nationalisme : « Je suis convaincu que mes compatriotes gagneront vraiment leur Inde en luttant contre le genre d’éducation qui leur enseigne qu’un pays est plus grand que les idéaux de l’humanité « .

 

Le quotidien The Indian Express rappelant pour sa part que dès 1908, dans une lettre à un ami,  A M Bose, Tagore avait été assez clair : « Le patriotisme ne peut pas être notre refuge spirituel final. Je n’achèterai pas du verre pour le prix de diamants et je ne permettrai jamais, tant que je vivrai, que le patriotisme triomphe sur l’humanité « .

 

Tout était donc dit. Et il aurait suffi aux deux juges qui ont rendu leur verdict le 30 novembre, enfonçant un peu plus le clou du nationalisme indien, de relire le grand Tagore. Vu l’air du temps, il n’y a pas qu’en Inde que l’on devrait relire ce grand humaniste…


aucun commentaire »