Inde : le sort des Rohingya en délibéré

Publié le 17 octobre 2017 par dans Ailleurs

Le gouvernement indien ne fait pas dans la demi-mesure. Les nationalistes hindous au pouvoir avancent que les réfugiés Rohingya, une minorité musulmane du Myanmar (Birmanie), comptent dans leurs rangs des « terroristes » et qu’il faut donc tous les expulser. Cela concerne 40 000 personnes, dont des femmes et des enfants, ayant fui les violences dont ils sont victimes.

Reste que l’affaire n’est pas réglée. Deux immigrants Rohingya ont fait appel de la décision gouvernementale auprès de la Cour Suprême, laquelle devrait entendre les deux parties à partir du 21 novembre.

Le ministère indien de l’Intérieur affirme être en mesure de fournir des preuves des liens existant entre les Rohingya et l’Etat islamique, et des groupes djihadistes pakistanais.

La Cour Suprême a prévenu, il s’agit là d’une question d’une « immense ampleur », et il reviendra à  l’Etat de trouver un juste équilibre entre les intérêts nationaux et les droits humains.

Or, relève Jessica Field, professeur à la Jindal School of International Affairs, en Inde l’Etat s’implique déjà très peu dans l’aide aux réfugiés, d’où qu’ils viennent. Y compris les Sikhs et les Hindous qui ont fui l’Afghanistan au début des années 1990. Résultat, les réfugiés de tous bords doivent s’organiser eux-mêmes, pour la santé,  l’éducation etc. Ils vivent ainsi la plupart du temps dans des communautés très fermées. Pour lire l’article de Jessica Field publié par Asia Times, cliquer ici.


aucun commentaire »