11 septembre 2001

15 ans après, Al-Qaida reste une menace importante

Publié le 11 septembre 2016 par dans Actualité

Le 11 septembre 2001 ne sera jamais un anniversaire comme les autres. Et pour cause. L’onde de choc provoquée par les inimaginables attentats qui se sont déroulés ce jour-là à New York et à Washington se fait encore sentir. Cette année pourtant (parce que 15 ans est un chiffre rond ?) les médias, toutes tendances confondues, consacrent une plus large place aux événements qui ont propulsé l’Amérique et le reste du monde hors d’une certaine « innocence ». Avec nombre de retours sur images et de souvenirs évoqués.

 

Où en est-on aujourd’hui ? La nébuleuse Al-Qaida reste-t-elle une menace ? Matthew Henman, directeur du IHS Jane’s Terrorism and Insurgency Centre (JTIC), dresse un bilan de la situation. « Quinze ans plus tard, on peut encore voir les effets des attaques du 9/11, note-t-il. Il suffit d’emprunter les transports en commun dans les grandes villes ou de prendre l’avion, pour se rendre compte de ce lourd héritage en termes de sécurité. »

 

Henman n’exclut pas la possibilité d’une autre attaque d’égale envergure. Pour autant, dit-il, « la nature du risque a changé en 15 ans. » Selon lui, « il est plus vraisemblable que les attaques islamistes en Occident ressembleront désormais à celles qui ont eu lieu à Paris et à Bruxelles ou, ce qui est plus probable encore, que l’on assiste à des opérations en solitaire telles que celles qui ont été menées en Europe et aux Etats-Unis l’an dernier ». Il est tellement plus facile de monter ce genre d’action alors que les attentats de 2001 ont exigé une minutieuse et diabolique logistique ! Il a fallu trouver des pilotes expérimentés, planifier la synchronisation des crashes contre les différentes cibles dans le moindre détail etc. Surtout, relève l’analyste du JTIC, les opérations en solo « sont beaucoup pus difficiles à détecter et à déjouer par les services de sécurité ».

 

Enfin, quid d’Al-Qaida 15 ans après son « coup de maître » ? Pour tous ceux qui en doutaient encore, la nébuleuse est loin d’être anéantie, affirme Matthew Henman. « L’Etat Islamique (EI) peut faire la une des journaux plus fréquemment, observe-t-il, mais ce serait une erreur de croire que la menace que représente Al-Qaida a diminué. Le nombre de ses affiliés continue de grossir et cette menace est importante. » Le JTIC aurait ainsi compilé des données faisant la preuve qu’Al-Qaida et ses affiliés ont accru leurs activités en Afrique de l’Ouest, du Nord et de l’Est, au Yémen et, de manière plus appuyée encore, en Syrie. Et comme le souligne Henman, « il est important de noter que malgré les tentatives d’Al-Qaida pour se faire passer pour plus modéré et compréhensif que l’Etat Islamique, les deux organisations ont la même idéologie et le même objectif ; ils ne diffèrent que dans l’approche qu’ils ont adoptée pour parvenir à leurs fins ».

 

 

 

 


aucun commentaire »